mardi 9 octobre 2018

Marija Gimbutas Triomphante: Colin Renfrew cède de Carol P. Christ


Traduction et adaptation de Delphine Serpentine





Carol Patrice Christ est une historienne féministe, théologienne, auteur et avant-gardiste du mouvement de la Déesse. Elle est l'auteur de l'essai largement réimprimé «Pourquoi les femmes ont besoin de la déesse», ce qui plaide en faveur du concept d'une ancienne religion d'une déesse suprême



Le dédain avec lequel les travaux de l’archéologue Marija Gimbutas  a été tenu dans les domaines classiques et archéologiques m’avait été montré lors d’un cocktail à l’American School of Classical Studies à Athènes lorsque je déclarais m’intéresser à son travail. Ce commentaire, proposé à titre provisoire, a déclenché une tirade d'une jeune archéologue qui a commencé à me crier dessus: « Son travail est peu scientifique et, comme c'est le cas, il est plus difficile pour moi et pour les autres femmes spécialistes de le prendre au sérieux ».

Répondant à la réaction contre ses théories, Gimbutas aurait dit à une collègue que cela pourrait prendre des décennies, mais que la valeur de son travail serait finalement reconnue. Cela fait maintenant plus de vingt ans que Marija Gimbutas est décédée (en 1994) et la valeur de son travail commence à être reconnue (du moins par certains de ses collègues, ce qui inclue certains des plus critiques)



A une conférence intitulée “Marija Rediviva: DNA and Indo-European Origins,”, l’archéologue renommé Lord Colin Renfrew (allié du Parti conservateur britannique**), qui avait été l’un des antagonistes les plus bruyants de Gimbutas et un puissant gardien des études, a conclu la conférence inaugurale Marija Gimbutas à l’Institut oriental de l’Université de Chicago avec ces mots : «L’hypothèse de Kourgan de Marija [Gimbutas] a été magnifiquement justifiée».



Dans cette conférence, Colin * explique l’hypothèse de Kurgan de Gimbutas à propos de la propagation des langues indo-européennes des steppes au nord de la mer Noire par les envahisseurs qu’elle appelait «Kurgans», mot d’origine slave qui désigne leurs tumulus caractéristiques.

Gimbutas a parlé de ces tombes de «grand homme», arguant qu’elles marquaient l’apparition d’un nouveau groupe culturel en Europe, patriarcal, patrilinéaire et guerrier. Avant leur arrivée, le peuple que Gimbutas appelait " lesVieux Européens" ont enterré leurs morts dans des fosses communes, avec des offrandes de tombes n'indiquant aucune grande différence de richesse ou de statut et aucune domination d'un sexe sur l'autre. Gimbutas a fait valoir que le peuple kurgan avait introduit les langues indo-européennes dans les terres conquises, ainsi que de nouveaux systèmes culturels basés sur la domination des guerriers et des rois sur la population en général et la domination des hommes sur les femmes. Elle a déclaré que les invasions de Kurgan en Europe ont commencé vers 4400 avant notre ère et ont duré plusieurs millénaires.

Colin * a rejeté la théorie de Kurgan, avançant son hypothèse alternative selon laquelle les langues indo-européennes ont été introduites en Europe par la diffusion de l'agriculture du Moyen-Orient après 7000 avant notre ère. Alors que Gimbutas parlait d'un «choc des cultures» entre les cultures matures, sédentaires et pacifiques de la vieille Europe et la nouvelle culture des guerriers kourgan, Colin * préférait la théorie selon laquelle les cultures évoluent par des processus d'évolution interne plutôt que par un renversement violent.



Dans sa conférence, Colin* a discuté des différentes théories sur la diffusion des langues indo-européennes dans la plupart des pays d’Europe et dans une grande partie du Moyen-Orient et de l’Asie du Sud. Il a cité de nouvelles preuves basées sur l’analyse de l’ADN des os anciens publiées au cours des dernières années, reconnaissant que ces preuves prouvent définitivement qu’un groupe appelé «Yamnaya» est entré en Europe en grand nombre à partir de son territoire au nord de la mer Noire. Colin* a déclaré qu’il pensait que ces preuves étaient scientifiquement valables et qu’elles avaient ainsi prouvé l’hypothèse Kurgan de Gimbutas. Faisant valoir que peu de travail avait été fait sur l'ADN d'os de la Turquie moderne qu'il a présenté comme la patrie indo-européenne, il a déclaré que son hypothèse n'avait pas été réfutée et laissait espérer que cette hypothèse serait également correcte. (La plupart des érudits considèrent cela peu probable.)

Il est important de souligner que lorsque Colin * a dit que l’hypothèse Kurgan de Gimbutas a été prouvée, il l’a fait seulement parce qu’il y a de nouvelles preuves ADN convaincantes pour soutenir l’idée selon laquelle un nouvel élément de la population parlant probablement une langue indo-européenne est entré en Europe au moment où elle le postulait. Il n’a pas évalué ni approuvé la théorie de Gimbutas sur le «choc des cultures» entre celles sédentaires et matrifocales de la vieille Europe et celles nomades, guerrières et patriarcales des Indo-Européens. Néanmoins, en déclarant l’hypothèse Kurgan de Marija Gimbutas «magnifiquement justifiée», Lord Colin Renfrew, considéré par beaucoup comme «le grand vieillard» de son domaine, a ouvert les vannes. Il a implicitement autorisé d’autres chercheurs à reconsidérer toutes les théories de Gimbutas. Et peut-être éventuellement de la ramener à la place qui lui revient comme l'un des archéologues les plus créatifs, les plus scientifiques, et les plus novateurs du vingtième siècle, «la grande vieille dame» de son domaine.



* Dans le titre de sa conférence et en son sein, Colin Renfrew se réfère à Marija Gimbutas comme "Marija". Bien qu’il l’ait reconnu comme un ami personnel, j’ai trouvé que l’utilisation de son prénom dans une conférence scientifique était une manière subtile de séparer une femme archéologue de la compagnie d’archéologues masculins dont le nom et le nom de famille étaient utilisés. J'ai donc décidé de mettre la chaussure sur l'autre pied. Je note également que le titre de la conférence aurait pu être "Marija Gimbutas Triumphant", alors que l'utilisation du latin pour "Reborn" brouille son sens pour ceux qui ne parlent pas couramment le latin.

 ** Oui, cela est pertinent, car les conservateurs sont plus enclins à croire que le patriarcat et la guerre sont universels, normatifs et le seul moyen d’organiser les sociétés.

Merci à Joan Mahler de m'avoir informé de la conférence.