mercredi 19 juin 2019

Les Trois Chaudrons et la préservation de la Connaissance

De Síthearan NicLeòid 
Traduction et adaptation de Delphine Arianrhod Serpentine

(il est possible de consulter le profil de l'autrice via de précédents articles)
Résultat de recherche d'images pour "gundestrup cauldron" 

Il m’a semblé qu’il serait peut-être intéressant de parler du nom de ce blog "The Three Cauldrons." (ndt : Les Trois Chaudrons) Il provient du contenu et du thème d’un petit recueil fascinant de poésie et de prose réuni dans un seul manuscrit (TCD MS H.3.18), dont de petits extraits ont été copiés dans d’autres textes. Edité pour la première fois il y a quelques années et intitulé par l’éditeur (et non pas par l’auteur ou le scribe d’origine), Le Chaudron de Poésie, un titre (et une orthographe) quelque peu obsolète qui a néanmoins été utilisé par les éditeurs ultérieurs.
Le titre le plus approprié serait Les Trois Chaudrons, comme il en est sujet dans le texte. Bien que le manuscrit existant date du XVIe siècle, le contenu remonte clairement à un original irlandais ancien, datant probablement de la moitié du VIIIe siècle. Les étudiants de la première croyance irlandaise première se souviendront que les filid (des poètes visionnaires) existaient à cette époque, de même que les druides (qui avaient un statut juridique jusqu'au neuvième siècle, bien que leur influence semble avoir été décroissante).


Ce texte est l’un des rares exemples vraiment concrets et très précoces d’un écrit substantiel contenant des éléments d’apprentissage obscurs qui aurait été la providence du filid, et peut-être même un héritage des druides (comme on sait que les Filid ont assumé certains des rôles et apprentissages des druides - mais pas tous).

Le texte indique qu'il y a trois chaudrons dans chaque personne, dont la position et l'état reflètent le niveau d'apprentissage de la personne - comprenant peut-être des éléments d'inspiration et de développement spirituel. Les trois chaudrons étaient: Coire Goiriath (Le Chaudron de Chaleur), Coire Ermae (Le Chaudron du Mouvement) et Coire Sois (Le Chaudron de Sagesse).

L’ensemble du texte est assez clair sur l'association des chaudrons avec l'apprentissage traditionnel, la sagesse, la poésie, etc,et était associé à la formation, au développement et aux capacités des classes d’apprentissage. Un bon nombre de discussions en ligne ont circulé autour de ce texte, y compris la distribution de 'traductions' totalement inexactes ou dérivées. Il existe deux traductions du texte, l'une de P.L. Henry, et celle de Liam Breatnach, que je trouve supérieure (il n’est donc pas nécessaire pour les personnes qui ont découvert les dictionnaires en ligne de prétendre "faire des traductions" de ce texte ou d’autres, simplement en le faisant mot à mot).

De plus, certains prétendent qu’ils représentent les «chakras irlandais» et concernent des pratiques de guérison, notamment le travail énergétique, le Reiki, etc. Il est important de souligner que le texte ne dit pas réellement où dans le corps les trois chaudrons résident. Cela dit, les méditations sur le texte ont produit une sensation distincte qu’ils résident dans le ventre, la poitrine et la tête. Cela correspondrait aux trois dan t'ien de la tradition chinoise, aux trois centres énergétiques de la tradition andine et à une forme de système de chakra dans laquelle se trouvent trois chakras primaires. Cependant, il faut être très prudent avant de sauter à ce type de conclusions.

D'une part, beaucoup de ceux qui font ces affirmations n’ont pas pris le temps de s’asseoir pour lire le texte.De plus, ils n'ont souvent aucune idée de la période et du contexte dans lesquels il a été écrit. En sautant immédiatement sur les perceptions et les conclusions modernes, nous risquons de manquer de respect envers les poètes (ou les druides), en ne mettant pas de côté nos projections, égos et croyances modernes, et en ne laissant pas ces textes parler d'eux-mêmes.

Sans comprendre qui l'a écrit, pourquoi, quand, où, etc ... en le comparant à d'autres textes et croyances anciens, nous risquons d'obscurcir, de manquer de respect et même d'effacer les aspects de la belle littérature et de la culture qui l'a produit ... Tout cela dans une course folle de "savoir instantanément" quelque chose et d'afficher notre "connaissance". Il convient de rappeler ici que dans les cultures traditionnelles, l’humilité est souvent considérée comme une vertu.

Bien sûr, les poètes du Moyen Âge n'hésitaient pas à chanter leurs propres louanges! Leur statut et leur prochain repas en dépendaient ... mais ce statut était le résultat de 7 à 12 années d’études intensives (dans le cas des poètes) et peut-être jusqu’à vingt ans dans le cas des druides (si les références aux druides gaulois sont justes). Des études intensives et concentrées avec des aînés formés, qui ont eux-mêmes suivi un programme d’apprentissage rigoureux, ne sont pas toujours disponibles pour ceux qui s'intéressent à la littérature, aux mythes et aux croyances celtiques.

Mais nous pouvons au moins garder à l’esprit ce que nous faisons et prendre le temps de laisser parler les voix du passé parler en leur nom propre. Si nous ne le faisons pas, nous pourrions contribuer à la disparition des cultures mêmes que nous souhaitons comprendre et peut-être même imiter.

Faites une pause, respirez, soyez honnête avec vous-même sur ce que vous ne savez peut-être pas encore, et ne vous précipitez pas pour assimiler instantanément à la vôtre les expressions d'une autre culture.Ce faisant, vous risquez de perdre l'occasion d'apprendre quelque chose à la fois de surprenant et de remarquable. Laissez les voix du passé parler, sinon elles pourraient être réduites au silence pour toujours.

jeudi 30 mai 2019

Le Jour-à-Part



De Muirghein et Epona

Traduction et adaptation de Delphine Serpentine

Le Jour-à-Part est le jour ou les jours mis de côté qui interviennent entre le Solstice d’Hiver et le début de la Lune du Bouleau, qui suit parfois directement le Solstice d’Hiver. Ce jour de côté est l’équivalent du jour bissextile, il sert de ligne de départ au calendrier lunaire avec l’année solaire. 
Le jour ou les jours supplémentaires sont également liés à nos noms de semaine modernes. L’année égyptienne était divisée entre 12 mois de 30 jours chacun, avec 5 jours de côté à la fin de l’année. Ces jours n’étaient pas considérés comme une part normale de l’année, et ils étaient nommés d’après d’importantes déités : Osiris, Horus, Set, Isis et Nephtys. Les Anglo-Saxons ont un calendrier similaire, et les jours en extra étaient nommés Tiw, Woden, Thor, Frig et Seterne. De ces derniers noms, plus deux autres ajoutés tardivement par les missionnaires chrétiens, provinrent les noms de notre semaine de 7 jours.

Le Jour-à-Part est aussi perceptible dans l’expression « un an et un jour » usitée dans les mythes irlandais et gallois. Cela provient du calendrier des Îles Britanniques et désigne une année lunaire de 13 lunaisons de 28 jours chacune (364 jours), plus un jour en extra pour arriver à 365. Cet extra est le Jour de (la Naissance de) l’Enfant Divin. Ce « fils d’une mère vierge » naît toujours au Solstice d’Hiver (Robert Graves, The White Goddess, 1948, The Noonday Press, New York, NY, page 95), et réfère au Dieu Soleil, ou au Roi Chêne. Le jeune soleil défait l’obscurité hivernale et grandira en force jusqu’au Solstice d’Eté. Physiquement, cela symbolise évidemment l’allongement des jours qui se produit juste après le Solstice d’Hiver.

Le Jour-à-Part est donc un jour hors du temps, hors de l’année, et lors de tels jours, des choses magiques peuvent se produire. Le Jour-à-part, également nommé le Jour du Mystère de la Terre, est toujours un jour magique, tout à fait pertinent pour nous. Ceux de la Faerie Faith utilisent ce jour dans un but rituel pour se rendre sur leur propre lieu spécial de renaissance (en extérieur, c’est le mieux) pour communiquer et se reconnecter à la Terre Mère. Pour vraiment bénéficier de cela, vous devez trouver votre propre lieu avant ce jour. Ce lieu de renaissance sera celui où vous vous sentirez en paix, à la fois avec vous-même et avec votre environnement. Cela peut être non loin de chez vous, ainsi vous n’aurez aucune excuse pour ne pas vous y rendre. Cet endroit vous semblera parfaitement juste et vous procurera un certain sentiment de puissance et d’énergie. Lorsque le moment est venu, rendez-vous à cet endroit et asseyez-vous, immobile et réceptif. Elargissez votre conscience et communiquez avec la Terre Mère. Laissez-lui une chance de vous parler. Rappelez-vous vos impressions mais ne tentez pas de les analyser dans l’immédiat. Restez aussi longtemps que vous éprouvez le besoin – habituellement plus ou moins une demi-heure. Puis remerciez les éléments et la Terre Mère, et retournez chez vous. Assurez, à cet instant, de coucher par écrit vos sentiments et vos souvenirs

Le Jour-à-Part est le jour que nous avons choisi pour ce Mystère de la Terre car, en premier lieu, il est très fortement chargé en énergie yin, avec le début du yang juste après le Solstice d’Hiver. Cependant ce rituel n’est pas à faire seulement une fois par an, il peut être réalisé tout au long de l’année au moment qui vous semble le mieux. 

(J'avais recueilli ce texte il y a quelques années. A ce jour, je ne trouve plus le site-source. Si vous le connaissez, n'hésitez pas à m'en faire part, afin qu'il soit ajouté à ce texte. Merci.)