jeudi 24 octobre 2013

La Prêtresse d'Avalon

Cérémonie de passage de la fille à la jeune fille :

La jeune fille est prise vers minuit par un groupe de femmes qui lui masquent la vue avec une cagoule. Elle est menée à un groupe de femmes voilées se tenant devant un enclos. Elle est dévêtue entièrement. L'une d'elle lui dit :

"-Nue, tu es entrée dans le monde. Nue, tu dois effectuer le passage dans ta nouvelle vie."

Les femmes s'alignent dans le prolongement de l'entrée de l'enclos, jambes écartées.

"-Par ce passage tu es venue au monde. Franchis le tunnel de naissance et renais... ."

La jeune fille passe entre les jambes des femmes. Et pendant son trajet, La femme qui a parlé dit :

"-Par ce tunnel tu es née dans le cercle des femmes. Par ce passage tu entreras dans un monde nouveau."

Le portail est ouvert et  la jeune fille pénètre dans l'espce éclairé par des torches, menée par son guide, la femme qui a parlé. La dernière femme du passage referme le portail derrière elle.

"-Tu dois entrer dans le temple de la Grande Déesse. Sache qu'Elle adopte autant de formes qu'il y a de femmes et qu'Elle est cependant unique et suprême. Elle est éternelle et immuable, et pourtant, à chaque saison, Elle se montre à nous sous différentes apparences. Elle est la Vierge, à jamais intacte et pure. Elle est la Mère, la Source de Tout. Et Elle est l'ancienne Sagesse, qui perdure au-delà du tombeau. (Nom de la jeune fille ) fille de (nom de la mère de la jeune fille), es-tu disposée à L'accepter sous toutes ces apparences ?
-Je le suis, répond la jeune fille."

La guide et prêtresse lève les bras au ciel et invoque :
"-Dame, nous venons ici pour accueillir dans notre cercle (nom de la jeune fille), la fille de (nom de la mère de la jeune fille), et pour l'instruire es mystères de la féminité. Sainte, écoute-nous !Puissent nos paroles exprimer Ta volonté comme nos corps incarnent la forme de Ta divinité, car nous mangeons et buvons et respirons et aimons en Toi...
-Qu'il en soit ainsi, répondent toutes les femmes présentes."

La jeune fille est couverte d'une cape et guidée face à trois femmes. Une voilée de blanc. Une de rouge et de noir.

"- Fille de la Déesse, tu as laissé l'enfance derrière toi. Apprends maintenant ce que seront les saisons  de ta vie, dit la plus récente initiée."

La jeune fille s'agenouille devant la femme voilé de blanc.

"-Je suis la fleur qui s'épanouit sur la branche.
  Je suis le croissant qui couronne le ciel,
  Je suis le soleil qui scintille sur la vague
  Et la brise qui courbe l'herbe nouvelle.
  Aucun homme ne m'a jamais possédée,
  Pourtant je suis l'aboutissement de tout désir.
  Chasseresse et Sainte Sagesse je suis,
  Souffle de l'Inspiration, et Dame des Fleurs.
  Regarde dans l'eau et tu verras mon visage
  S'y refléter, car tu m'appartiens... , prononce la jeune femme voilée de blanc.
 -Je T'écoute. Je Te servirai., répond la jeune fille.
 -Jures-tu de n'abandonner ta virginité qu'à l'homme que je choisirai pour toi, selon les rites sacrés d'Avalon ?
 -Je le jure.
 - C'est bien, mais il y en a une Autre que tu dois entendre... ."

La jeune fille se tourne vers la femme voilée de rouge.

"- Je suis le fruit qui se gonfle sur les branches. Je suis la pleine lune qui règne dans le ciel.
  Je suis le soleil dans sa gloire,
  Et le vent qui mûrit le grain.
  Je me donne en mon temps et saison
  Et j'apporte l'abondance.
  Je suis la Maîtresse et la Mère,
  Je donne naissance et je dévore.
  Je suis l'amante et l'aimée,
  Et un jour tu m'appartiendras, prononce la femme en rouge.
 -Je T'écoute. Je Te servira, prononce à nouveau la jeune fille.
 -En vérité, tu le feras, mais il y en a une Autre que tu dois entendre... ."

La jeune fille se tourne vers la femme voilée de noir.

"- Je suis la noix qui s'accroche à la branche dépourvue de feuilles.
  Je suis la lune à son déclin
  Dont le croissant moissonne les étoiles.
  Je suis le soleil couchant
  Et le vent froid, messager des ténèbres.
  Je suis mûre d'années et de sagesse;
  Je suis tous les secrets derrière le Voile.
  Je suis la Mégère et la Reine des Moissons,
  La Sorcière et la Femme Sage,
  Et un jour, tu m'appartiendras... .
- Tu es la Déesse et je Te servirai, prononce encore la jeune fille."

La guide s'adresse alors à la jeune fille :
"-Tu as affronté la Déesse et Elle a accepté tes vœux. Une fois purifiée, tu veilleras, et quand le jour finira, tu reviendras dans la communauté pour être honorée au cours d'une célébration. Ta nouvelle vie commencera au lever du soleil.".

Une des femmes aide la jeune fille à se relever alors que les femmes l'encerclent. Toutes se mettent nues puis vont se baigner.
Quand le soleil apparaît la dernière initiée avant la jeune fille recueille de l'eau dans ses mains et la verse sur elle en disant :
"-Par l'eau qui est le sang de la Dame, puisses-tu être purifiée. Laisse l'eau emporter toutes les tâches, toutes les souillures. Laisse tout ce qui cache ton vrai moi se dissoudre. Ne bouge pas et laisse l'eau caresser ton corps, car tu renais de l'eau qui est la Matrice de la Déesse."

Chaque femme versera de l'eau sur la nouvelle jeune fille reconnue. Quand toutes l'auront fait :
-Maintenant lève-toi, (nom de la jeune fille), propre et rayonnante, révélée dans toute ta beauté. Lève-toi et prends ta place parmi nous, Vierge d'Avalon !".

Hymne à Elen des Voies :

" Ô Dame du chemin de la lune, si brillant,
Des routes que le soleil va sur la mer traçant,
Des sentiers de dragon courant de crête en crête,
Et de toutes les voies sacrées et secrètes,
Ô Dame Elen des Voies...

De bruyère et colline en marais et fougère
Tes chiens nous guideront notre vie entière;
Par les sentiers tortueux que tracèrent nos rois,
Gentille Dame, révèle-nous toutes les voies,
Ô Dame Elen des Voies...

Si la vision faiblit, si le courage détale,
Ô puisse ta lumière nous tirer du dédale;
Quand la force et les sens ne servent à rien,
Que ton amour enseigne au coeur d'autres chemins
Ô Dame Elen des Voies..."

Célébration de l’Équinoxe de Printemps :

"Vous qui cherchez les anciennes voies,
Vous qui cherchez le Chemin de Lumière,
La Nuit fait maintenant place au Jour,
Maintenant le Jour a égalé la Nuit...

Compagnons de la Lumière Cosmique,
Elle va se révéler, la secrète splendeur !
Accueillez-la au ciel et dans vos cœurs,
Revenez à la vie, rejetez toute peur ! "

Le murmure de la Déesse dans le bruit de l'eau :

"Toujours coulant, et grossissant,
De la terre à  la mer,
Toujours tombant, et appelant
Éternellement renaissant...

Toujours vivants, sans cesse donnant,
Ils sont libres, tous mes enfants;
Ils se tournent, toujours désirant,
Vers moi toujours s'en revenant..."